Magazine DSI HS

Retour d’expérience : 44 jours sur le Haut-Karabagh

De l’intérêt de capacités aériennes d’attaques variées

Avec l’essor des drones, certains pays se posent de fait des questions sur l’intérêt de l’entretien d’avions d’arme. Il semble que l’analyse des affrontements du Karabagh plaide pour une meilleure division du travail entre les matériels aériens. Les avions de combat sont plus polyvalents et possèdent une agilité ou des capacités de survie supérieures à celles des drones. En outre, ils ont davantage de force de frappe, ainsi que des munitions plus puissantes et plus variées. À ce titre, l’avion – à condition qu’il dispose bien d’une large panoplie d’armements – reste un outil irremplaçable dans le cadre des conflits dynamiques de haute intensité.

L’emploi des avions requiert néanmoins la neutralisation préalable des systèmes sol-air à moyenne et longue portée. Pour ce qui concerne ceux des Arméniens dans le conflit du Haut-Karabagh, ils sont tous hors service le 19 novembre, après 22 jours de combats. À l’exception du S-300PT/PS de Syunik (touché par des roquettes sol-sol guidées), le mode opératoire de l’Azerbaïdjan reste le même. Il repose sur l’emploi d’un petit nombre de drones-­suicides Harop. Ces matériels, pratiquement absents de la ligne de front, sont privilégiés pour attaquer des sites névralgiques. Leur faible signature radar, conjuguée à un profil de vol à basse altitude, les rend difficilement détectables.

Repenser le sol-air à courte portée

Les capacités de lutte anti-­drones doivent se renforcer parallèlement. De fait, l’Azerbaïdjan aurait lui-­même eu des difficultés à parer à des attaques de drones et de roquettes guidées. Les solutions manquent. Les meilleurs équipements existants aujourd’hui sont russes – SA-22/Pantsir et SA-15/Tor – ou chinois, avec le HQ17. Leurs munitions sont téléguidées et bon marché, puisque l’électronique qu’elles intègrent se limite à une poignée de servocommandes, à une fusée de proximité et à quelques récepteurs. Il existe un trou capacitaire en Occident, entre la gamme sol-air très courte portée et celle à moyenne portée, où peuvent s’engouffrer des familles entières de munitions aériennes adverses, dont les munitions vagabondes, les bombes planantes, les missiles antichars à très longue portée (50 km pour la dernière variante de Spike NLOS). Une place nouvelle en ressources humaines doit aussi être affirmée pour le sol-air. Celui-ci promet d’être exposé, de devenir une cible d’adversaires soucieux de conserver une liberté d’action dans les cieux, et mérite d’être valorisé.

Notes

(1) L’auteur tient à remercier Mme Blanche Lambert pour la réalisation des cartes.

(2) Armement stand-off : munition guidée dont l’engagement laisse le tireur à distance de sécurité.

(3) D. Verkhoturov, « Le deuxième Karabagh », Agentsvo Polititcheski Novosteï (web), 16 novembre 2020.  

(4) C4I : Command, control, communications, computers and intelligence.

(5) Un nouveau système de navigation a été installé, à l’usine ukrainienne de Lviv, sur ces appareils lors d’une révision de 2007.

(6) « La Turquie garde ses F-16 en Azerbaïdjan en signe de dissuasion vers l’Arménie », Middle East Eye (web), 8 octobre 2020. 

(7) IADS : Integrated air defense system, système de défense aérienne intégré.

(8) L’Azerbaïdjan ne présente que le 5 février 2021 la qualification de ses premiers personnels à l’usage de drones Bayraktar TB2. Les opérateurs des drones engagés en septembre 2020 sont donc peu susceptibles d’être azerbaïdjanais.

(9) T. Dermerly, D. Cenciotti, « L’Arménie révèle les images de l’épave de son Su‑25 », The Aviationist (web), 30 septembre 2020. 

(10) « Les forces arméniennes continuent de détruire des chars et des véhicules azerbaïdjanais », chaîne YouTube du ministère arménien de la Défense, 28 septembre 2020. 

(11) « Vidéo sur nos territoires libérés », chaîne YouTube du ministère de la Défense de l’Azerbaïdjan, 3 octobre 2020. 

(12) Les images d’un drone arménien X55, diffusées le 21 octobre, présentent 15 canons automoteurs Dana azerbaïdjanais, à 5 km au sud de Fizuli.

(13) D. Mihailova, « Les attaques de Harop sur les positions du S-300PS de la région de Stepanakert », blog de Diana Mikhaïlova, 12 octobre 2020. 

(14) « L’Azerbaïdjan détruit des équipements arméniens », chaîne YouTube du ministère de la Défense de l’Azerbaïdjan, 17 octobre 2020. 

(15) D. Verkhoturov, « Le deuxième Karabagh », art. cité.

Légende de la photo en première page : Lanceurs SA-3 Goa azerbaïdjanais. L’attention portée au rôle des munitions rôdeuses dans la guerre de 2020 masque l’utilisation d’une combinaison complète de systèmes. (© MoD) 

Article paru dans la revue DSI hors-série n°85, « Guerre de haute intensité », Août-Septembre 2022.

Lectures offertes

Lectures offertes

Afin de permettre une meilleure compréhension des évènements qui frappent aujourd'hui l'Ukraine, nous partageons GRATUITEMENT les derniers numéros des nos magazines DIPLOMATIE et DSI consacrés à la géopolitique et aux forces militaires russes. Bonne lecture !

Bienvenue sur Areion24.news,
le portail d'information dédié aux relations internationales et aux questions de Défense des publications d'Areion Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions géopolitiques et stratégiques publiés dans nos différents magazines.

Votre panier