Magazine Diplomatie

Asie-Pacifique : le Pacifique sort-il de l’ombre asiatique ?

Que se cache-t-il derrière le planisphère de notre enfance, centré sur l’Europe, qui démarre en Alaska pour terminer en Nouvelle-Zélande ? Comme la lune, une face de la « planète bleue » demeure méconnue, une face qui donne précisément ce surnom à la « terre » : l’océan Pacifique. Toutefois, cette vaste étendue marine tient aujourd’hui sa revanche géopolitique. Elle pourrait devenir le pivot géopolitique mondial, dans la lignée du « pivot » identifié par Barack Obama en 2012 autour de l’Asie-Pacifique.

Aujourd’hui, ce pivot serait moins le théâtre d’une « guerre froide » — en contradiction avec l’interdépendance entre les grandes puissances — que d’un nouveau « grand jeu » où de multiples leviers (commerciaux, militaires, diplomatiques) sont actionnés. Tous les éléments y sont réunis : des enjeux, des puissances prédatrices — anciennes ou nouvelles, à contenir ou à contrôler —, l’absence d’organisations puissantes pour tout réguler et des répercussions suprarégionales, en l’espèce indopacifiques, voire mondiales.

Les enjeux d’un nouveau « grand jeu »

Les chiffres relatifs à l’océan Pacifique donnent le vertige, que ce soit par rapport à :

• sa taille, de 169 millions de km², soit un tiers de la surface du globe, ou bien la moitié de la surface des eaux de la Terre, ou encore deux fois l’océan Atlantique et plus que la taille totale de la masse terrestre de tous les continents réunis ;

• ses profondeurs (11 000 mètres dans la fosse des Mariannes) ;

• la « tyrannie des distances » (1), puisque Tahiti se situe à 16 000 km de Paris (12 heures de décalage horaire), à 4 600 km de Nouméa et encore 4 300 km de Hawaï, pourtant voisine au nord.

Outre les ressources halieutiques, notons la présence des nodules polymétalliques recherchés dans les grandes profondeurs pour leur richesse en manganèse, cobalt, nickel et cuivre. Enfin, la « ceinture de feu », constituée de 75 % des volcans de la planète, entoure l’océan sur quelque 40 000 km. Les zones de subduction de cette ceinture provoquent environ 80 % de la sismicité mondiale annuelle.

Dans ce gigantesque ensemble, Asie du Nord-Est et Asie du Sud-Est (ou ASEAN — Association of Southeast Asian Nations (2)) sont généralement considérés aux confins occidentaux du Pacifique. Des géopolitologues et historiens, comme François Gipouloux, Yves Lacoste ou Denys Lombard y ont même vu un ensemble cohérent : une « méditerranée est-asiatique », où se seraient tissés des réseaux multiséculaires.

Des États aux statuts multiples

Le cœur de l’océan Pacifique s’articule davantage autour d’un monde insulaire, divisé en plusieurs zones. Plutôt que l’« Océanie proche » par opposition à celle « lointaine », on peut distinguer le Pacifique Nord, moins habité, et celui du Sud, parsemé d’îles et souvent associé à l’Océanie (avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande). L’éparpillement y est le mot clé. Ainsi les îles Cook ont-elles une surface comparable à celle de Marseille mais répartie sur un territoire marin grand comme l’Arabie saoudite.

Pour diviser le Pacifique occidental (lui aussi plus habité que le versant oriental), beaucoup évoquent des constructions contestées à cause, d’une part, des langues comprises à travers toute la région, d’autre part, du fait des mouvements millénaires entre toutes les îles du Pacifique. Il n’en demeure pas moins que cette partie du Pacifique est généralement divisée en trois zones :

la Micronésie (îles Mariannes du Nord, Guam, États fédérés de Micronésie, Palaos, îles Marshall, Kiribati et Nauru) ;

la Mélanésie (Fidji, Nouvelle-Calédonie, îles Salomon, Vanuatu, Papouasie-Nouvelle-Guinée ou PNG) ;

la Polynésie (Polynésie septentrionale avec Hawaï et les autres îles américaines proches des Kiribati ; Polynésie occidentale avec Tuvalu, Wallis-et-

Futuna, Tonga, Niue, îles Samoa, îles Cook, îles néo-zélandaises ; Polynésie orientale avec la Polynésie française, les îles Pitcairn et l’île de Pâques).

Lectures offertes

Lectures offertes

Afin de permettre une meilleure compréhension des évènements qui frappent aujourd'hui l'Ukraine, nous partageons GRATUITEMENT les derniers numéros des nos magazines DIPLOMATIE et DSI consacrés à la géopolitique et aux forces militaires russes. Bonne lecture !

Bienvenue sur Areion24.news,
le portail d'information dédié aux relations internationales et aux questions de Défense des publications d'Areion Group. Ce site regroupe une sélection d'articles et d'entretiens rédigés par des spécialistes des questions géopolitiques et stratégiques publiés dans nos différents magazines.

Votre panier