Magazine DSI

Russie : une flotte de combat en peau de chagrin

Conçu par Rubin à partir de la coque d’un ex-SSGN Oscar II inachevé et désigné projet 09852, le Belgorod peut aussi lancer le drone Clavecin‑2P‑PM et l’un des six petits sous – marins nucléaires spéciaux destinés à agir à des profondeurs de plusieurs milliers de mètres, potentiellement contre les câbles de communication. Deux autres SNLE convertis servent de mère porteuse pour cet emploi qui peut avoir un impact stratégique sur les communications mondiales.

Retard des SNA et SMD

Mis sur cale en 1993, le premier sous – marin nucléaire d’attaque dit de quatrième génération, le Projet 885 K‑329 Severodvinsk (Yasen/Granay) est admis au service vingt ans plus tard dans la flotte du Nord. Armée de 24-32 missiles de croisière antinavires supersoniques SS-N-26 (ZM55 P‑800 Oniks), SS‑N‑33 (ZM22 Zircon) dans 8 silos verticaux et SS‑N‑27 Kalibr‑NK (ZM54, ZM14, 91R1, 91RT2), lancés par les 8 tubes lance – torpilles, la classe comprendra jusqu’à dix variantes 885M, dont les K‑561 Kazan et K‑573 Novossibirsk admis au service en mai et décembre 2021 dans les flottes du Nord et du Pacifique.

Le retard considérable – deux décennies – de ce programme de SNA et le faible nombre d’unités des classes antérieures contraint la marine russe à moderniser certains SSGN Oscar II Projet 949A et Akula Projet 971 avec les nouveaux missiles pour espérer contrer les groupes aéronavals américains. Trois Projet 949A, les K‑132 Irkoutsk, K‑442 Tcheliabinsk et K‑150 Tomsk de la flotte du Pacifique sont rééquipés d’Oniks au chantier naval de Zvezda, leur capacité étant triplée (72 missiles) en plaçant trois missiles plus petits dans chacun des 24 tubes. On ignore si d’autres unités suivront. Sept Projet 971 sont en refonte, deux au chantier Svedochka, les K‑461 Volk, K‑328 Leopard, un au chantier Nerpa, le K‑154 Tigr, et trois au chantier Zvezda, les K‑391 Bratsk, K‑295 Samara et K‑152 Nerpa (loué à la marine indienne de 2012 à 2021). Le septième, ex-K‑331, sera loué à la marine indienne. Tous devraient être livrés entre 2023 et 2025. Les six attendus par la marine russe devraient pouvoir lancer des Kalibr, voire des Zircon.

En 2012, le commandant en chef de la marine annonçait que la prochaine décennie serait consacrée à la conception des sous – marins nucléaires de cinquième génération dont la production devrait débuter après 2030. Le coût prohibitif des 885 justifie en 2018 la conception d’un successeur plus économique, le projet Huskiy, inspiré du type Alfa aujourd’hui désarmé, et intégrant un réacteur refroidi au plomb-bismuth, des composites multicouches, une hélice en composite pour réduire la signature en absorbant les vibrations et, peut – être, une coque entièrement en composites. En avril 2019, le bureau Malakhit annonçait travailler sur un Projet 545 puis 585 Laika moins révolutionnaires et qui semble succéder aux Huskiy (déplacement : 11 340 t, vitesse de 35 nœuds, autonomie de 90 jours, profondeur d’immersion maximale de 600 m, missiles antinavires Oniks, Kalibr‑NK, Zircon et MANPADS Igla, torpilles Fizik‑1, USET‑80, anti – torpilles Lasta, PMR‑2, mines torpilles MTPK‑1). Le projet n’a pas été évoqué dans les médias depuis 2021.

Du côté des sous – marins diesel – électriques, le Projet 677 Lada se veut une version réduite du Projet 877/636 Kilo (1 765 t au lieu de 2 300, 36 hommes au lieu de 52) plus rapide (21 nœuds contre 19) et plus discrète (suspensions de la plateforme). Le prototype, B‑585 Sankt-Petersburg, rallie la flotte du Nord en septembre 2013, comme plateforme expérimentale. En avril 2023, la marine annonce son désarmement. Suspendue à la suite des problèmes rencontrés, la construction des deuxième et troisième unités, les B‑586 Kronstadt et B‑587 Velikie Luki, ne reprend qu’en juillet 2013 et mars 2015. De nouvelles batteries au lithium devraient être préférées aux piles à combustible développés par Rubin et testées à bord du sous-marin expérimental B‑90 Sarov. En juin 2019, lors du salon Armée‑2019, le ministère de la Défense commande au chantier Amirauté deux autres 677, les Vologda et Iaroslavl, mis sur cale en juin 2022.

En attendant, la Russie relance la production des Kilo Projet 636.3 (2 350 t.p.c.) au chantier Amirauté, d’abord pour l’exportation (Chine, Vietnam, Algérie) puis pour sa marine. De 2010 à 2016, six bateaux sont construits pour la flotte de la mer Noire, suivis par six autres pour la flotte du Pacifique, tous dus en 2023. En 2022, des contrats sont signés pour la construction d’au moins un 636.3 pour la Baltique (Petrozavodsk) et de trois autres pour la flotte du Nord (dont Marioupol). L’un d’entre eux, le Rostov, est endommagé par une frappe de missiles SCALP/Storm Shadow à Sébastopol en septembre 2023.

Déclin des capacités océaniques

Premier et seul porte – avions russe, l’Admiral Flota Sovetskogo Soyuza Kuznetsov, est en carénage depuis mai 2022 au chantier de Rosta à Mourmansk. S’il est attendu dans la flotte en 2024, son avenir est incertain après un incendie, tout comme son remplacement. Évaluée à plus d’un milliard de dollars, la refonte à Severodvinsk du troisième croiseur de bataille Projet 1144.3 Kirov Admiral Nakhimov, ex-Kalinin, débute en 2014 et devrait s’achever une décennie plus tard. Elle comprend l’installation de silos UKSK pour des missiles antinavires Oniks, Kalibr-NK, et Zircon, de missiles antiaériens Polyment/Redut et Triumf (S‑400/SA‑21 Growler) pour un coût total de plus d’un milliard d’euros. La modernisation de son sister – ship, le Piotr Velikiy, pourrait être abandonnée en raison de ce prix prohibitif. Parallèlement, la Russie refond deux destroyers Projet 1155 Udaloy de la flotte du Pacifique, les Marshal Shaposhnikov et Admiral Vinogradov, avec huit missiles SS-N-25 (ZM24 Uran) et des silos UKSK pour les mêmes missiles antinavires et de frappe terrestre que ceux destinés à l’Admiral Nakhimov. Certaines des cinq unités restantes (trois dans la flotte du Nord, deux dans celle du Pacifique) pourraient subir la même transformation.

Destiné initialement à remplacer les frégates Projet 1135 Krivak I et Krivak II, le Projet 22350 Admiral Gorshkov (4 500 t.p.c.) apparaît désormais comme le remplacement des destroyers Projet 956 Sovremennyy qui, à l’exception de deux unités, sont tous retirés du service. Conçues par le bureau Severnoye, les trois premières unités, les Admiral Gorshkov, Admiral Kasatonov et Admiral Golovko rallient la flotte du Nord entre 2018 et 2023, sept autres devant être livrées d’ici à 2028 : trois pour le Pacifique et quatre pour la mer Noire. Ces bâtiments mettent en œuvre les mêmes silos UKSK pour les armements antinavires et antiaériens que l’Admiral Nakhimov modernisé, l’Admiral Gorshkov étant la première plateforme officiellement dotée du missile hypersonique Zircon, considéré autant comme un armement tactique que comme un armement stratégique. Livrables entre 2026 et 2029, les cinq dernières unités devraient emporter le double de silos et de missiles, sans que la coque soit allongée.

0
Votre panier